ROUEN, capitale de la Normandie

OPERA DE ROUEN NORMANDIE

THEATRE DES ARTS DE ROUEN

CONSERVATOIRE REGIONAL DE ROUEN

L'ORCHESTRE DE L'OPERA DE ROUEN NORMANDIE

Labellisée "ville d'art et d'histoire" par le ministère de la culture et de la communication.

Rouen, la célèbre "Ville aux cent clochers" possède un patrimoine extrêmement important, témoin de son histoire riche et passionnante.

Il y a 9000 ans, comme l'indiquent les résultats de fouilles effectuées, on chassait le renne dans la célèbre rue Jeanne d'Arc et 900 ans avant J-C, on se déplaçait en pirogue sur la Seine ! C'est aux Romains que l'on doit la fondation de la ville sur la rive droite de la Seine, site favorable car protégé des inondations, alors que la rive gauche est marécageuse.

Baptisée alors Rotomagus, la cité se développe très rapidement du fait de sa situation favorable, reliée par la Seine à Lutèce, futur Paris.

La ville gallo-romaine atteint son apogée au 3ème siècle, elle intéresse et les nombreuses traces d'invasions ont laissé des extraordinaires trésors archéologiques. En 393 à Rouen, c'est l'époque de la construction de la première cathédrale, la ville s'intègre à l'espace commercial du monde viking et devient un entrepôt pour leurs butins. Le chef Viking Rollon devient le premier duc de Normandie et fait de Rouen sa capitale.

En 1066 Guillaume le Conquérant dirige Rouen et participe à l'expansion normande et à son rayonnement international. Dès lors, une multitude d'églises verra le jour dans la cité. L'emblématique cathédrale sera construite tout au long du 13e siècle.

À la suite de la défaite d'Azincourt en 1415, les Anglais mettent le siège devant Rouen, qui doit capituler au bout de 6 mois. C'est d'ailleurs à Rouen que Jeanne d'Arc est jugée et condamnée à être brûlée vive sur la place du Vieux-Marché le 30 mai 1431.

Aux 17e et 18e siècles, Rouen demeure la seconde ville du royaume de France et compte environ 75000 habitants. Corneille, Fontenelle, Blaise Pascal, vivent ou séjournent à Rouen à cette époque.

Au lendemain de la révolution française, Rouen devient le chef-lieu du département de la Seine-inférieure.

Le Second Empire est une période de transformations importantes pour Rouen : on perce les actuelles rues Jeanne d'Arc, Jean Lecanuet et de la République, on construit le musée des Beaux-Arts, le Théâtre des Arts, l'église Saint-Sever, les gares, la flèche de la cathédrale.

La vie culturelle rouennaise rayonne durant le 19e siècle, grâce à des écrivains comme Flaubert ou Maupassant, par les impressionnistes et la série des "Cathédrales de Rouen" de Monet.

Les guerres mondiales ne vont pas épargner Rouen.

Le 9 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans la ville. L'armée française a fait sauter le pont pour empêcher le passage sur la rive gauche, mais n'a pu éviter l'occupation de la ville.

Rouen brûle pendant une semaine, les Allemands interdisant l'intervention des pompiers. 

Pendant quatre années, les Rouennais subissent la terreur nazie. À cela s'ajoutent les bombardements, en particulier ceux de la semaine rouge du 30 mai au 5 juin 1944 : 400 bombes, d'une tonne chacune ! La cathédrale est endommagée, Saint-Maclou, le Palais de Justice et une grande partie de la rive gauche sont détruits. On compte 2 000 victimes et 40 000 sinistrés.

Le 30 août 1944, les Canadiens libèrent Rouen. La ville est un champ de ruines.

Les années d'après-guerre sont celles de la reconstruction. Le choix est fait de conserver le plan ancien de la ville et la même largeur de rues. La cathédrale ne rouvre qu'en 1956.

Les années 70 voient la restauration des façades et la création des rues piétonnes. Ainsi, la rue Gros Horloge est en 1970 la première rue piétonne de France. En 1979 sont inaugurés l'église Sainte Jeanne d'Arc et le Palais des Congrès.

OPERA DE ROUEN NORMANDIE

Créé en 1998, l’Opéra de Rouen Normandie a pour mission la production et la diffusion d’ouvrages lyriques, et la programmation au Théâtre des Arts de Rouen d’opéras, concerts de l’Orchestre et  spectacles de danse. Adoptée en 2004, la forme juridique EPCC (établissement public de coopération culturelle), permet à l’établissement un strict contrôle des finances et du respect du cahier des charges par les collectivités qui le financent, mais laisse une grande liberté artistique et organisationnelle à son directeur et à ses équipes. L’Opéra de Rouen est financé par la Région Haute-Normandie, la Ville de Rouen, l’État (DRAC Haute-Normandie), le Département de l ‘Eure et la Métropole Rouen Normandie.

L’Orchestre et le Chœur

L’Orchestre de l’Opéra de Rouen est composé d’un noyau permanent de 39 musiciens placés sous l’autorité du chef principal, Leo Hussain. Pour mieux servir les œuvres des dix-septième et dix-huitième siècles, les musiciens ont récemment adopté les cordes en boyau et les archets classiques. L’orchestre de l’Opéra de Rouen se trouve ainsi le premier orchestre permanent de France dont les cordes jouent alternativement l’instrument moderne et l’instrument classique.

Répondant à une mission de rayonnement et d’irrigation du tissu culturel régional, l’Orchestre donne chaque année des concerts dans les salles, églises et autres festivals de Haute-Normandie.

Son rayonnement passe aussi par des tournées, de plus en plus nombreuses en France et à l’étranger.

Complément naturel de l’Orchestre, le Chœur accentus / Opéra de Rouen Normandie est un ensemble composé de chanteurs professionnels non permanents, placé sous l’autorité artistique d’accentus. leur grand professionnalisme tant vocal que scénique a chaque fois été salué par la presse et acclamé par le public. La présence de ces chanteurs professionnels non permanents, sollicités en fonction des besoins des projets artistiques, constitue dès lors un moment attendu. Chaque spectacle est l’occasion d’une rencontre avec un chef de chœur choisi pour ses compétences stylistiques par rapport à l’ouvrage proposé.

La saison artistique

Chaque saison l’Opéra de Rouen propose une cinquantaine de spectacles différents et plus d’une centaine de levers de rideaux au Théâtre des Arts, auxquels s’ajoutent les tournées.

Des programmes alléchants, des tarifs particulièrement avantageux pour les abonnés, les groupes, les étudiants, les demandeurs d’emploi ou les établissements scolaires permettent à des spectateurs de plus en plus nombreux d’accéder à ce patrimoine vivant que constituent les œuvres, souvent prestigieuses, proposées à l’affiche.

THEATRE DES ARTS DE ROUEN

Le premier Théâtre des Arts, 1776 – 1876

Le 29 juin 1776, une nouvelle salle de spectacle était solennellement inaugurée. Le théâtre de Rouen était un vaste et bel édifice sis entre le cours Boïeldieu, les rues Grand-Pont, de la Comédie et des Charrettes. La salle était d’une coupe agréable et commode. Elle contenait normalement 1868 places ; mais certains jours de représentations extraordinaires, on réussissait à y entasser jusqu’à 2000 spectateurs. Quant à la scène, elle était très spacieuse et ne mesurait pas moins de 22 mètres de profondeur. En 1793 la salle prit le nom de théâtre des Arts que, depuis lors, elle ne cessa point de porter. Le 25 avril 1876, quelques instants avant le commencement de la représentation un terrible incendie se déclara qui, faisant de nombreuses victimes, détruisit de fond en comble la vieille salle du théâtre des Arts.

Le second Théâtre des Arts, 1882 – 1946

Dès le 5 mai suivant, le Conseil municipal commença à s’occuper de pourvoir à la reconstruction et, le 18 août, il décidait qu’il serait procédé sans retard à l’organisation d’un concours ayant pour but l’édification du nouveau théâtre des Arts sur l’emplacement de l’ancien. Le 30 septembre 1882, la nouvelle salle était inaugurée. La salle contient 1600 places environ. Les moyens de préservation, le service de secours, sont remarquablement installés, et il est bon de noter qu’en 1882, au moment de son inauguration, notre théâtre des Arts était le seul théâtre à posséder un rideau de fer plein, invention de MM. Gaillard et Sauvageot, pouvant en quelques secondes isoler la scène de la salle de la façon la plus absolue. Au matin du dimanche 9 juin 1940 le premier obus tomba. En mai 1944 les bombardements visant les ponts voisins achevèrent, durant la sinistre « semaine rouge » la ruine du théâtre des Arts. En 1945-46 on décida de le démolir complètement.

Le troisième Théâtre des Arts, 1962

Le Théâtre des Arts que nous connaissons actuellement est le troisième du nom. Il fut bâti sur les plans de Pierre Sonrel, Jean Maillard et Robert Levasseur. Les travaux débutés en 1953, avaient été arrêtés rapidement, repris en 1956, de nouveau stoppés pour reprendre en 1959. Il a été inauguré le 11 décembre 1962, avec une représentation de l’opéra « Carmen ». Le nouveau Théâtre des Arts est un édifice imposant. Une façade en marbre, quelque peu fière et austère, tournée vers la Seine, ouvre sur une salle à l’italienne.

CONSERVATOIRE REGIONAL DE ROUEN

Dynamisme et qualité

Cliquez ICI pour accéder au site du conservatoire.

C'est en 1945 que Conservatoire de Rouen est créé.

Placé sous la direction du compositeur Albert Beaucamp, le Conservatoire municipal de musique et d'art dramatique devint rapidement un haut lieu d'apprentissage musical.

Doté d'une bibliothèque de partitions et d'une discothèque riche de près de 1300 disques, l'établissement est rapidement promu école nationale en 1947, puis deux ans plus tard Conservatoire Regional.

Nommé, à la suite de la directive de M. Marcel Landowski, Conservatoire National de Région, c'est finalement en 1977, au terme de 14 études, que sera définitivement entériné le projet de construction, avenue de la Porte des Champs.

Le 4 novembre 1977, la ville de Rouen inaugure le nouvel établissement d'enseignement artistique en présence de M. Lecanuet, Sénateur Maire.

Le Conservatoire s'inscrit dans une politique de modernisation de la ville. 

Outre, l'aménagement de classes spécialisées, d'un studio d'enregistrement et d'une bibliothèque très importante, le Conservatoire possède un auditorium de près de 500 places et devient un élément de premier plan de la vie culturelle rouennaise.

La nomination en 2005 de Claire Paris-Messler à la direction du Conservatoire inaugure un profond changement marqué par une refonte totale du projet d'établissement. 

Avec le concours de Claude Brendel, directeur adjoint, de l'équipe dirigeante et forte de son expérience au sein d'établissements d'enseignement artistique, elle conçoit en coopération avec l'ensemble des professeurs et du personnel administratif un projet fédérateur basé sur trois axes principaux que sont la formation, la diffusion et la création.

Une large place est consacrée à la notion de transversalité incitant les acteurs de la ville à développer des projets associant musique, danse et théâtre. 

Les pratiques collectives sont placées au cœur du dispositif, permettant ainsi aux élèves d'inscrire leurs parcours dans une dynamique construite, sur le plan humain et actif, et de devenir un acteur à part entière de la structure, de son savoir et du territoire.

L'ORCHESTRE DE L'OPERA DE NORMANDIE ROUEN

Orchestre 470x310

Fondé en 1998 par Oswald Sallaberger, qui l’a dirigé jusqu’en 2010, David Stern étant principal chef invité de 2002 à 2005, l’Orchestre de l'Opéra de Rouen Normandie a ensuite été placé sous la direction de Luciano Acocella de 2011 à 2014. Depuis septembre 2014, Leo Hussain en est le chef principal. Composé de quarante instrumentistes, souvent renforcés par des musiciens supplémentaires qui enrichissent par leur investissement fréquent et régulier l'esprit d'ouverture et de curiosité qui le caractérise, il explore un spectre très large du répertoire lyrique et symphonique, du baroque aux créations contemporaines.

Crédit photo : David Morganti

Fidèle aux spécificités de son effectif, il s'est aussi donné pour mission l'interprétation du répertoire classique sur instruments à cordes en boyau et archets classiques, souvent complétés par des parties de trompettes et timbales sur instruments adaptés. Sa programmation privilégie le développement individuel de ses artistes qui ont régulièrement l'occasion de jouer en solistes et en chambristes.

Cette flexibilité et cette polyvalence sont fertilisées par les nombreux chefs invités qui viennent chaque saison le nourrir. L’Orchestre se produit fréquemment dans sa région, tant au Théâtre des Arts de Rouen qu’à l’occasion de tournées, mais son identité forte et affirmée rayonne également au-delà des frontières normandes. Ses concerts dans des salles prestigieuses telles que la Cité de la Musique, la Salle Pleyel, l'Opéra Comique à Paris, ou encore à Luxembourg, Hanovre, Bruges, Bruxelles, La Havane, New York, Dehli et Saint-Pétersbourg mettent en évidence sur la scène internationale son souci d'échange, de diversité et sa singularité d'approche des différents styles musicaux

Date de dernière mise à jour : 24/05/2017